Browns

Le nom Chaussures Browns inc., une entreprise familiale fondée à Montréal en 1940, est synonyme de collections internationales exceptionnelles de designers de renom, d’articles de cuir luxueux et de mode exclusive et citadine créés à l’intention des femmes, des hommes et des enfants.

L’un des secrets du succès de la chaîne est la philosophie de détail du président du conseil de l’entreprise, Morton Brownstein qui affirme : « Je veux entendre tous les clients dire « J’ai besoin d’aller chez Browns », au lieu de, « J’ai besoin de chaussures ». Si nous réussissons à atteindre ce but, nous aurons réussi à ce que, dans l’esprit des gens, le mot chaussures soit instantanément associé au nom Browns afin que le seul endroit pour elle ou lui d’acheter ses chaussures soit Browns et exclusivement Browns. »

L’entreprise qui a pris de l’expansion en tirant parti des forces de chacune des générations précédentes est aujourd’hui dirigée par une troisième génération de Brownstein. Le fondateur, Benjamin Brownstein, a eu la brillante idée en 1940 d’ouvrir un magasin de chaussures de prix variés pour toute la famille, sur la rue Sainte-Catherine, en plein coeur du quartier commercial de l’époque.

À la suite d’un incendie qui a ravagé le magasin en 1954, Morton Brownstein, qui avait pris la relève de son père, a donné une nouvelle impulsion à l’entreprise, misant sur des chaussures de designers exclusives et de confection européenne.

En 1959, Morton Brownstein était le seul détaillant en Amérique du Nord à se rendre en Italie d’où il rapportait des chaussures de créateurs. Il a travaillé en étroite collaboration avec le légendaire Salvatore Ferragamo dans son magasin d’origine de la Via Tornabuoni à Florence d’où le signor Ferragamo lui-même rédigeait la commande de chaussures et de sacs à main de Browns. Browns a été le premier détaillant canadien à offrir les marques Charles Jourdan, Bruno Magli et Rossi Moda (aujourd’hui, fabricant des collections Marc Jacobs, Calvin Klein et Pucci).

Présentement, c’est Michael Brownstein, le fils de Morton, qui se trouve à la barre de l’entreprise. Il a réussi avec brio à étendre la portée de la chaîne qui compte présentement près de 50 emplacements à l’échelle du Canada. Il est le premier détaillant à l’extérieur de l’Italie à avoir remporté le prestigieux prix Micam de Bologne pour son interprétation de la mode, ses connaissances du métier de la fabrication et son succès à promouvoir l’industrie italienne de la chaussure.

Michael a réussi à placer l’entreprise au premier plan du 21e siècle en créant une nouvelle chaîne de magasins, B2, axée sur la mode hiphop au goût de la jeune génération ainsi que de consommateurs animés par les tendances de l’heure. Michael a également conservé la tradition de l’entreprise qui consiste à tisser des liens personnels avec les grands créateurs de chaussures d’aujourd’hui qui fournissent à Browns plusieurs styles exclusifs.

La dynamique de l’esprit de famille est fort évidente au sein de l’entreprise. En plus de compter des Brownstein de la quatrième génération parmi son personnel, Browns dénombre plusieurs membres d’autres familles qui travaillent au siège social et dans les succursales de Montréal, Toronto et Vancouver. Selon Morton Brownstein : « Il n’y a pas compliment plus flatteur pour une entreprise que de voir ses employés inviter les membres de leur famille et leurs amis à s’y joindre. »

Au siège social et à l’entrepôt de Montréal, on s’exprime en trois langues. En effet, plusieurs employés parlent couramment anglais, français et italien.

Le rôle de Browns dans la communauté

Browns figure au nombre restreint d’entreprises qui remettent 10 % de leur bénéfice avant impôt à des oeuvres de bienfaisance. M. Morton Brownstein a été reconnu pour ses activités de financement exceptionnelles lorsqu’il a été nommé membre de l’Ordre du Canada en juillet 2004. La citation se lisait comme suit :

« Chef d’entreprise très respecté, Morton Brownstein est aussi un bénévole et un philanthrope remarquable. Président [du conseil] de Chaussures Browns Inc., il a fait d’une petite boutique familiale une entreprise d’envergure nationale, chef de file de l’industrie. Sa générosité sur tous les plans – temps, énergie et argent – est légendaire. Il s’est particulièrement consacré à des activités de financement au profit de l’Hôpital général juif et de l’Association montréalaise pour les aveugles entre autres. De plus, sa société fait régulièrement don à divers organismes communautaires d’un pourcentage exceptionnellement généreux de ses bénéfices. »

De plus, Browns appuie depuis plusieurs années le Club des petits-déjeuners à Montréal, une organisation caritative qui procure des petits-déjeuners chauds aux élèves d’écoles de milieux défavorisés.

Vivement convaincu de l’avantage de favoriser l’épanouissement de créateurs de mode canadiens. Browns remet une bourse d’étude annuelle de 3 000 $ à des étudiants d’écoles de mode.

Futur

Browns fait preuve d’enthousiasme dans son rôle de chef de file de l’industrie des chaussures au Canada.L’entreprise prévoit ouvrir d’autres succursales, en rénover plusieurs autres, ajouter aux collections de designers et lancer d’autres nouvelles gammes exclusives.

Michael Brownstein affirme avec conviction : « Aucune autre entreprise de détail de chaussures ne peut égaler notre équipe d’acheteurs et d’associés aux ventes. L’arrivée de chaque nouvelle saison apporte avec elle un sentiment de fébrilité et plus de succès encore ; l’avenir de notre entreprise augure fort bien. Depuis plus de 60 ans, nous nous consacrons à fournir à notre clientèle la meilleure sélection possible de chaussures et nous anticipons avec plaisir la poursuite de cette longue tradition. »